Brésil

Au Brésil, grève générale contre la loi travail

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Les syndicats brésiliens ont mobilisé plusieurs dizaines de millions de travailleurs contre les réformes libérales du gouvernement conservateur de Michel Temer.

 

Un air de déjà vu. Les recettes du gouvernement brésilien pour faire face à la récession économique et au développement du chômage, ressemble comme deux gouttes d’eau, aux mesures prises en Europe et notamment en France avec la loi travail au printemps 2016. Au menu, potion libérale et cure d’austérité.

En décembre 2016, le président Michel Temer a obtenu le vote du gel de toute augmentation des dépenses publiques pour une durée de vingt ans. Les secteurs de l’éducation et la santé ne sont pas épargnés par la mesure. Sur sa lancée, il s’attaque à la réforme des retraites et au code du travail. Le gouvernement entend reculer l’âge légal de départ en retraite de 60 à 65 ans pour les hommes, et de 55 à 62 ans pour les femmes. La flexibilité du marché du travail est aussi à l’ordre du jour. La journée de travail passant à 12 heures, dans la limite de 48 heures semaine, plus quatre heures supplémentaires. Il est également question de donner la primauté au « dialogue social ». L’objectif est de permettre la négociation du temps de travail ou des heures supplémentaires, pour contourner un code du travail jugé trop protecteur par le patronat.

Opposées à ces réformes, les principales organisations syndicales et de nombreux mouvements de sans (sans-terres, sans-toits) ont appelé à une journée de grève générale le vendredi 28 avril. La dernière remonte à 1996. Selon la Centrale unique des travailleurs (CUT), proche du Parti des travailleurs de Dilma Rousself, et Força syndical, 35 à 40 millions de Brésiliens y ont participé. Une mobilisation importante pour un pays comptant 207 millions d’habitants.

La capitale économique, São Paulo, a été paralysée et la majorité des écoles fermées dans les 26 états du Brésil. Le mouvement a été particulièrement suivi dans les transports, l’industrie, la poste et les banques, et des manifestations ont eu lieu dans toutes les villes du pays. La police est intervenue à de nombreuses reprises pour déloger les grévistes de plusieurs piquets et barrages routiers. Des affrontements ont opposé manifestants et forces de l’ordre, notamment à Rio de Janeiro, ou la police a inondé le centre-ville de gaz lacrymogène pour empêcher les manifestants de s’approcher des lieux de pouvoir.

Michel Temer, discrédité par les scandales de corruption touchant l’ensemble de la classe politique, a annoncé qu’il entendait « poursuivre le travail de modernisation législative ». Malgré une cote de popularité tombée à 10 % au mois de mars, le très impopulaire président brésilien n’entend pas renoncer à flexibiliser le marché du travail. Il a de toute façon annoncé qu’il ne se présenterait pas aux élections présidentielles d’octobre 2018.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •