Canada

Grève à Poste Canada : le gouvernement dégaine une loi anti-grève

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Le 22 novembre, la ministre canadienne du Travail, Patricia Hajdu, a déposé devant la Chambre des communes une proposition de loi pour forcer le retour au travail des postiers canadiens. Les facteurs ont engagé une grève tournante dans tout le pays depuis un mois. Les députés doivent adopter le texte dans la nuit de vendredi à samedi, heure locale.

 

« Le droit de grève est un élément essentiel du processus de négociation collective. Sans lui, les employeurs n’ont aucune raison de négocier de bonne foi, et les travailleuses et travailleurs n’ont aucun recours pour exiger un processus équitable », a signifié Hassan Yussuff, le président du Congrès du travail du Canada (CTC), lors d’une conférence de presse vendredi 23 novembre. Son homologue du syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) s’est quant à lui déclaré « indigné » par la proposition de loi spéciale qu’a déposé le gouvernement de Justin Trudeau devant la Chambre des communes. Celle-ci vise à imposer aux postiers en grève la reprise du travail.

Le STTP qui revendique 54 000 membres dans les secteurs des postes, de la livraison, de la logistique et des transports a entamé une grève le 22 octobre pour contraindre l’entreprise postale à négocier la nouvelle convention collective. La précédente est expirée depuis le 31 décembre 2017. Le syndicat réclame une meilleure prise en compte de la santé et de la sécurité dans cette entreprise qui a vu se développer parallèlement le secteur du colis et la précarité des emplois. Selon le STTP, les négociations sur la nouvelle convention collective se sont ouvertes sans que l’opérateur postal ne fasse aucune proposition. Et ce, pendant onze mois, montrant le peu d’empressement de Poste Canada à écouter les demandes de ses employés.

 

Casser la grève avant les fêtes de Noël

 

Depuis, les postiers canadiens ont décidé de hausser le ton. Ils mènent depuis un mois une grève tournante. Ce vendredi 23 novembre, c’était au tour des villes de Québec, d’Ottawa, de Sherbrooke, ainsi que de communes de l’Ontario et de la Colombie-Britannique d’être touchées par des arrêts de travail. Les salariés réclament une baisse de leur charge de travail, la rémunération de toutes les heures travaillées et de « bons emplois ». Mais les négociations restent au point mort. L’avant-veille du « vendredi fou » (Black Friday), et alors que les fêtes de fin d’année approchent, un syndicat patronal a réclamé au gouvernement une loi spéciale pour mettre fin à la grève.

Ses demandes ont été rapidement satisfaites puisque la ministre du Travail canadien a déposé un projet de loi à cette fin le 22 novembre. Le texte prévoit que les employés « sont tenus de reprendre sans délai […] leur travail lorsqu’on le leur demande ». Chaque employé qui contrevient à l’injonction pourra se voir infliger une amende d’un montant maximum de 1000 dollars canadiens par jour. Un montant pouvant grimper à 50 000 $ pour un représentant ou dirigeant syndical agissant dans l’exercice de ses fonctions. Le syndicat en tant que personne morale s’expose, lui, à une amende maximale de 100 000 $. Une fois votée, la loi entre en vigueur dans les 24 heures suivantes.

Les syndicats crient au scandale, promettent des manifestations de rues et d’attaquer la loi devant les tribunaux. Une précédente loi spéciale anti-grève votée par le gouvernement conservateur en 2011 pour imposer une convention collective régressive aux employés des postes avait été jugée anticonstitutionnelle. Cependant, le jugement n’était intervenu qu’en 2016.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •