La Poste

Panique à la direction de La Poste après le reportage d’Envoyé spécial

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Le comble du mépris ! Au lendemain du reportage « La Poste sous tension » d’Envoyé spécial, la direction de l’opérateur postal a tenté d’étouffer immédiatement l’incendie en interne auprès de ses agents. À la prise de service au petit matin, les encadrants ont organisé des « briefs d’équipe » pour expliquer aux facteurs que ce qu’ils ont vu la veille dans le reportage n’est pas la réalité. Dans celui-ci, la souffrance au travail, les suicides, les réorganisations permanentes, le mépris de ce que vivent les salariés sont décrits abondamment. Mais la direction de La Poste réussit le tour de force d’expliquer à ses agents que tout cela n’existe pas. Une communication vécue par nombre de factrices et facteurs comme un déni de réalité.

Pour limiter l’impact du reportage sur l’opinion publique, une note aux managers de proximité, lue à la première heure ce matin, leur interdit de parler à la presse, nous a-t-il été révélé sous couvert d’anonymat. Dans l’argumentaire de la communication de l’entreprise auprès de ses agents, La Poste ose même affirmer qu’il est faux qu’un algorithme organise arbitrairement les tournées lors des réorganisations. Pourtant, les témoignages de facteurs sont pléthores pour démontrer le contraire. Sans honte, elle avance le chiffre de 12000 recrutements de facteurs depuis 2017, alors que son bilan social montre une baisse des effectifs à la distribution du courrier. Un autre mépris de la réalité.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •