Robert Ménard à Toulouse ou le joyeux fiasco d’une conférence d’extrême droite

 

Une conférence déplacée, une société d’événementiel qui apprend au dernier moment qu’elle va accueillir la crème de l’extrême droite française et reverse l’argent reçu à une association LGBT+, des échauffourées avec les antifascistes et un invité d’honneur…qui ne vient même pas.

C’est en somme le bilan de la soirée organisée par le Cercle des Capitouls à Toulouse le 12 février. Cette association connue pour offrir des tribunes à des figures de l’extrême droite française (comme Renaud Camus, théoricien du grand remplacement, reçu en 2016) avait prévu d’accueillir ce soir-là Robert Ménard, maire de Béziers, pour une conférence dont le thème était : « Le courage, faire de la politique autrement ».

Dès 19h30, 50 personnes sont rassemblées à l’entrée de la salle municipale Osète, en centre-ville, pour assister à l’événement, raconte France 3 Occitanie. Rapidement, on apprend que le lieu a été déplacé 200 mètres plus loin, dans une salle privée : le Loft.

Or la société qui loue la salle n’est pas au courant de la nature de la conférence qu’elle accueille. Les organisateurs, manquant cruellement de courage, thème pourtant au cœur de leur soirée, ont menti et prétexté l’organisation d’une « réunion d’entreprise pour 40 personnes ». Pendant que des militants antifascistes affrontent le service d’ordre du groupe d’extrême droite devant le Loft, les salariés assistent, impuissants, « à un déballage raciste et homophobe » de la part de leurs clients, comme ils l’expliquent dans un communiqué de presse. Ils décideront finalement de reverser les 600€ payés par les organisateurs aux associations Be Art Toulouse et Le Refuge.

Comble du fiasco pour le Cercle des Capitouls, la tête d’affiche de la soirée, Robert Ménard, n’a en réalité pas mis un pied à Toulouse. Il était en déplacement à Carcassonne pour y soutenir le candidat du Rassemblement National Edgar Montagné.