livreurs

Un des leaders de la grève des livreurs Deliveroo licencié

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

C’est un des avantages de l’économie 2.0 pour les entreprises telles que Deliveroo : un gréviste devient un prestataire ne remplissant plus ses engagements de service et un licenciement devient une résiliation de contrat. Les livreurs n’ayant pas le statut de salarié, la grève n’existe pas vraiment formellement. Et le licenciement pour fait de grève non plus par conséquent. Pourtant, c’est bien de cela qu’ il s’agit pour Nassim, un des leaders parisiens du mouvement de protestation contre le changement de tarification de la plate-forme numérique.

Deux jours après la dernière action nationale des coursiers du 1er septembre, il a reçu une lettre recommandée de Deliveroo lui signifiant la résiliation de son contrat de service signé neuf mois plus tôt. Une fin de contrat effective le 24 septembre, au terme de la durée de préavis, mais sans qu’aucun motif soit mentionné. Selon le collectif des livreurs autonomes parisiens, un licenciement pour « fait de grève » n’était plus arrivé chez Deliveroo depuis deux ans. Mais récemment, les livreurs en grève ont bloqué à plusieurs reprises les deux Deliveroo Éditions de la région parisienne, ces « cuisines usines » où la plate-forme fait travailler sur un même lieu plusieurs restaurateurs.

D’ici au 24 septembre, date où la fin de contrat de Nassim sera effective, les livreurs en grève comptent bien réagir en ciblant notamment les bureaux de l’entreprise.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •