Ryanair

Turbulences sociales à Ryanair : menaces de grèves et reconnaissance syndicale au plan de vol

Alors que la compagnie a dû annuler des milliers de vols depuis septembre, l’entreprise irlandaise est confrontée à son premier mouvement social. Les menaces de grève des pilotes se multiplient dans plusieurs pays européens.

 

Grève des pilotes ou reconnaissance de leurs syndicats ? C’est l’enjeu du bras de fer engagé entre la compagnie aérienne irlandaise à bas coût et ses pilotes, dans plusieurs pays d’Europe.

Pour la première fois de son histoire, Ryanair est confronté à la menace de grèves à l’approche des fêtes de fin d’année dans plusieurs pays européens. En fait, un arrêt des prestations plutôt qu’une grève, les pilotes de la compagnie étant très majoritairement employés en tant qu’autoentrepreneurs. Les personnels navigants italiens ont été les premiers à menacer de suspendre le travail durant quatre heures le 15 décembre. Leurs homologues portugais et irlandais ont fixé la date du 20 décembre pour commencer leur grève. Des actions analogues ont été envisagées en Allemagne et la menace d’un arrêt de travail des personnels au sol plane en Espagne pour le 30 décembre. Cette agitation sociale a poussé la compagnie irlandaise à quelques concessions.

 

Grève ou syndicat : il faut choisir !

 

Pour éviter la grève, la direction de Ryanair a annoncé, dans un communiqué le vendredi 15 décembre, l’ouverture de négociations et son intention de reconnaître la représentativité des syndicats de pilotes au sein de l’entreprise. Un vrai tournant pour cette compagnie low cost ayant fait du refus de toute présence syndicale un élément constitutif de son modèle social depuis 30 ans. Les pays concernés par cette petite révolution sont l’Italie, l’Irlande, l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne et le Royaume-Uni. Exclusivement, ceux touchés par la grogne de son personnel.

Depuis quelques mois, le rapport de force n’est plus entièrement au bénéfice de l’entreprise de transport aérien à bas coût. « Les pilotes américains qui travaillaient pour les compagnies des pays du Golfe pendant la crise rentrent au pays avec le redémarrage de l’activité outre-Atlantique », explique anonymement un pilote de Ryanair. Résultat : « Ces compagnies ont des besoins en pilote et débauchent à tour de bras en Europe, en offrant de meilleures conditions de travail ». Il est donc plus difficile pour Ryanair de recruter ou conserver son personnel.

Pour le pilote de Ryanair, ayant accepté de témoigner anonymement, cela explique les milliers d’annulations de vols qu’a connus la compagnie depuis septembre. Ainsi que les milliers d’autres envisagées dans les mois à venir. Des annulations officiellement pour des problèmes de planning et de congés, selon le transporteur à bas coût. Pourtant, la réalité serait toute autre : les pilotes iraient voir ailleurs si le ciel n’est pas plus bleu. Et pour cause. « Les salaires n’excèdent pas 1300 ou 1400 € chez Ryanair, une fois soustraits tous les frais incombant aux pilotes autoentrepreneurs qui sont pris en charge dans les autres compagnies pour leurs salariés », affirme le pilote de Ryanair interrogé.

Cependant, l’annonce par la direction de Ryanair de reconnaître les syndicats de pilotes a désamorcé partiellement le conflit. L’Association nationale des pilotes de l’aviation civile (Anpac) a suspendu le mouvement en Italie suite à la promesse de négociations prévues cette semaine. Les pilotes allemands ont marché dans leurs pas dans l’attente de discussions mercredi outre-Rhin. Même chose au Portugal où des négociations doivent commencer jeudi. Pourtant les discussions sont très incertaines. En Irlande, aucun accord n’a été trouvé à l’issue de la réunion de mardi 19 décembre entre la direction de Ryanair et Impact, le syndicat de pilotes. Ces derniers craignent une manœuvre de l’entreprise et des promesses non suivies d’effet. Ils exigent un document écrit de la compagnie sur ses engagements d’ici le 21 décembre.

Faute de quoi, la grève, plébiscitée jusque là par une très grande majorité des pilotes en Irlande, débutera le 28 décembre afin de respecter les délais de préavis. Les turbulences ne font peut-être que commencer pour Ryanair.


Actualisation jeudi 21 décembre 18H :
La direction de Ryanair a reconnu officiellement le syndicat Impact, comme représentant des pilotes irlandais. En Allemagne, la réunion avec le syndicat Cockpit a été annulé par la direction. Le syndicat appelle ses pilotes à la grève vendredi 22 décembre.
  •  
  •