Collomb

Enquête : la complaisance de Gérard Collomb envers les identitaires remonte à Lyon

 

L’opération médiatique, des identitaires Européens, consistant à fermer la frontière au passage de cols alpins, fin avril, a donné l’occasion au ministre de l’Intérieur de renvoyer dos à dos l’extrême droite et les soutiens des migrants, qualifiés « d’ultragauche ». Mais, là où aucun membre de Génération identitaire n’a été interpellé, trois personnes ont été arrêtées et sont poursuivies pour avoir, en réponse à l’action du groupe d’extrême droite, franchi la frontière avec des migrants. Cette complaisance du ministère de l’Intérieur à l’égard des identitaires n’est pas nouvelle. C’était déjà le cas lorsque Gérard Collomb était maire de Lyon. Nous reproduisons l’enquête de Véronique Valentino, parue dans l’Autre Quotidien.

 

Quel jeu trouble joue le ministre de l’Intérieur avec les identitaires ? Ceux-ci ont pu monter avec des moyens considérables une milice à la frontière franco-italienne sans être inquiétés. Ils ont patrouillé au col de l’Échelle, près de Briançon, après avoir matérialisé la frontière par un grillage de chantier, tandis qu’un hélicoptère survolait la zone. Ils se sont ensuite rendus au col de Montgenèvre où ils déclarent aider les forces de police. Le volet alpin de l’opération « Defend Europe » — c’était déjà le nom de leur bateau en Méditerranée dont l’épopée s’était soldée par un fiasco —, n’est à ce jour pas terminé, semble-t-il. Au-delà des « gesticulations », le terme assez indulgent choisi par Gérard Collomb pour qualifier leur action, ils ont non seulement bloqué le passage, mais affirment, vidéo à l’appui, avoir remis quatre migrants entre les mains des gardes-frontières, « sous la supervision d’un officier de police judiciaire », dans la nuit du 26 au 27 avril dernier.

Le parquet de Gap avait ouvert une enquête préliminaire le 27 avril, mais, le jour même, il l’a classée sans suite. Selon Raphaël Balland, les auditions de migrants n’ont permis de recueillir « aucune plainte ni de constater aucune infraction pénale susceptible d’être reprochée à l’encontre de quiconque ». Cela n’a en revanche pas empêché ce même parquet de Gap de poursuivre trois des six personnes arrêtées le 22 avril dernier, à l’issue d’une manifestation, partie de Clavière en Italie. En réaction à la présence des identitaires, 160 personnes avaient organisé une cordée solidaire, ce qui avait permis de faire entrer en France 30 à 40 migrants.

Alors que la manifestation était dispersée, les forces de l’ordre ont arrêté à Briançon, le dimanche 22 avril au soir, en pleine rue, trois personnes qui y avaient participé : Bastien et Théo, deux Suisses, et Elenora, une Italienne. Les trois jeunes manifestants, âgés de 23 à 26 ans, ont été présentés au tribunal de grande instance de Gap en comparution immédiate le 24 avril et placés en détention provisoire aux Baumettes, à Marseille. Le procès aura lieu le 31 mai prochain. Les trois jeunes gens, qui ont reçu le soutien de l’écrivain italien Erri de Luca, comparaîtront pour « aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière en bande organisée » et risquent jusqu’à dix ans de prison et 750 000 euros d’amende.

Interpellé le 22 avril à l’Assemblée nationale par plusieurs députés de la France insoumise et du parti socialiste, Gérard Collomb a condamné du bout des lèvres l’action menée par le groupe d’identitaires, tout en appelant à ne pas « tomber dans le panneau de ces gesticulations ». Refusant de mettre un terme à l’opération, les pouvoirs publics avaient déclaré le 21 avril que « la préfecture et les forces de l’ordre continuent de suivre avec attention et vigilance la poursuite de cette opération, afin de prévenir tout trouble à l’ordre public et de garantir le respect du droit ». Tout en assurant que celle-ci s’était « jusqu’à présent déroulée dans le calme ». Une façon de saluer l’action des identitaires, ce que ces derniers n’ont pas manqué de souligner. Non seulement aucune force de police n’était visible le samedi 21 avril au col de l’Échelle, mais les militants identitaires ont nargué l’État et affirment être toujours sur place, contrairement à ce que prétendait lundi 30 avril Cécile Bigot-Dekeyzer, préfète des Hautes-Alpes

« Nos équipes sont toujours sur place, leur mission continue et nous n’avons pas reçu de demande de partir », a déclaré Romain Espino, porte-parole de GI, qui a indiqué qu’une vingtaine de militants se trouvaient toujours à la frontière franco-italienne et prétendu qu’ils agissent légalement, en vertu de l’article 73 du Code pénal. Celui-ci prévoit que, en cas de délit ou crime flagrant, toute personne a qualité pour appréhender l’auteur et le conduire devant l’officier de police judiciaire le plus proche. Ainsi, non seulement des militants d’extrême droite revendiqués peuvent agir librement en tant que supplétifs des forces de l’ordre, mais ils se paient même le luxe de ridiculiser la préfecture. Pourtant, le droit d’asile est un droit inconditionnel et les militants identitaires n’ont bien sûr pas les qualifications pour évaluer la situation des personnes qui passent la frontière. Par ailleurs, le fait d’« exercer une activité dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ou d’une activité réservée aux officiers publics ou ministériels » est un délit passible d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende. L’État a pourtant choisi de n’engager aucune poursuite à l’égard des identitaires ni d’empêcher leur venue dans les Alpes.

Pourtant, en mars, les autorités britanniques avaient interdit d’entrée sur leur territoire deux militants identitaires, l’Américaine Brittany Pettibone et l’Autrichien Martin Sellner, et refoulé la Canadienne Lauren Southern, expliquant que « la police aux frontières a le pouvoir de refuser l’entrée à tout individu s’il est considéré que sa présence au Royaume-Uni est contraire à l’intérêt général ». Rien de semblable en France, où des militants suprémacistes venus de toute l’Europe et au-delà, avaient pu se rendre au col de l’échelle en toute sérénité. Parmi eux, les trois militants refoulés du Royaume-Uni. Les pouvoirs publics français font donc preuve d’une totale complaisance vis-à-vis des militants d’extrême droite, alors qu’ils s’en prennent aux personnes qui aident et soutiennent les exilés. La préfète a ainsi pu déclarer, à propos des identitaires, que « des poursuites peuvent être engagées en fonction des agissements de cette association ». Mais sans aucune mesure concrète n’ait été prise pour stopper leur sinistre opération alpine.

 

Lyon : ville de Collomb et capitale de l’extrême droite

 

Cette absence de réaction de Gérard Collomb face aux groupes d’extrême droite n’est pas une première. Il faut d’ailleurs rappeler que l’organisation de jeunesse des identitaires, Génération identitaire, est basée à Lyon. Plusieurs de ses responsables lyonnais — Romain Espino et Clément Galant, tous deux porte-parole de l’organisation —  étaient d’ailleurs parmi les organisateurs de « Defend Europe Alpes ». Notons aussi que, comme l’a relevé la Horde, média antifasciste, Clément Galant, de son vrai nom Gandelin, est le fils d’un ami de Gérard Collomb. Et Lyon a pu devenir la capitale de l’extrême droite lyonnaise, sans que l’ancien maire y trouve à redire. L’extrême droite a au contraire trouvé dans le vieux Lyon un terreau favorable, du fait de la présence dans le milieu universitaire d’un certain nombre de penseurs d’extrême droite comme l’historien Bernard Lugan ou les révisionnistes. C’est à Lyon-III, bastion de l’extrême droite universitaire ; qu’enseigne Bruno Gollnisch, là où fut soutenue la thèse négationniste d’Henri Roques dès 1985. Robert Faurisson était lui aussi enseignant, mais à Lyon-II. Et ce n’est pas un hasard si c’est encore à Lyon que Marion Maréchal Le Pen veut lancer son académie de sciences politiques. Un projet qu’elle assume comme « politique », « dans lequel tous les courants de la droite pourront se retrouver et s’épanouir » et qui vise à « détecter et former les dirigeants de demain ».

Selon le Groupe antifasciste de Lyon et des environs (le GALE), les jeunesses identitaires se sont implantées à Lyon dès 2004. Elles y ont ouvert un local, la Traboule, situé à Lyon Saint-Jean, en 2011, ainsi qu’une salle de boxe, l’Agogé, dans ce même arrondissement. Toujours dans le 5e arrondissement de Lyon, très prisé par l’extrême droite lyonnaise, le GUD, relancé en 2011, a ouvert un local, le Pavillon noir, ainsi que des magasins de vêtements qui y vendent les marques prisées par les skinheads (Fred Perry, Ben Sherman) et un salon de tatouage. Au titre des hauts-lieux de l’extrême droite dans le vieux Lyon, on compte aussi la maison bleue, ouverte par Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac, dont les formations respectives, l’Œuvre française et les Jeunesses nationalistes ont été dissoutes après la mort de Clément Méric, militant antifasciste parisien tué le 5 juin 2013. Depuis, Yvan Benedetti a réactivé le parti nationaliste français, dont le logo fait référence au parti de Mussolini.

En 2018, le GUD, qui s’est rebaptisé Bastion social, mouvement se revendiquant de l’idéologie nationale-sociale sur le modèle de Casa Pound en Italie, a aussi ouvert un local dans le 5e arrondissement lyonnais, quai de Pierre Scize, au-dessus de la basilique de Fourvière. « Leur stratégie, explique Lakhdar* du GALE, c’est de lisser leur image comme les identitaires. Les membres du bastion social sont pour la plupart des fils de famille qui se revendiquent comme des “gentlemen fascistes” et qui ont cessé de s’habiller en néonazis, même s’il y a parfois parmi eux des petites mains issues des milieux populaires ». Ce qui ne les empêche pas d’infiltrer les hooligans lyonnais. Cette émergence du bastion social n’est pas du goût des militants antifascistes qui s’en sont pris deux fois en moins d’un mois à ses locaux du 5e arrondissement. Dans la nuit du 3 au 4 avril, une vitrine avait été brisée. Une semaine après, le GALE revendiquait d’avoir muré l’entrée avec des parpaings et du ciment (voir l’image qui illustre cet article). Avec une pointe d’humour, déclarant sur sa page Facebook : « nous nous excusons auprès de la mairie de ne pas avoir déposé de permis de construire ».

Si les antifascistes lyonnais sont très actifs, ni la mairie, ni le préfet n’ont rien trouvé à redire à l’OPA de l’extrême droite la plus radicale sur le vieux Lyon. Ils ont au contraire parfois préféré s’en prendre aux organisations qui s’opposent aux néo-fascistes et « criminaliser les forces politiques de gauche », juge Lakhdar. En juin 2017, le préfet, soutenu par la ville, s’est opposé au passage de la gay pride dans le 5e arrondissement, alors que les organisateurs souhaitaient montrer qu’il n’y a pas de quartier réservé à Lyon. Et en décembre, le préfet a interdit une marche organisée par les antifascistes. La présence des militants des groupes d’extrême droite intimide et angoisse, y compris hors du 5e arrondissement. Le 19 mars dernier, c’était les militants de Génération identitaire qui tractaient et distribuaient des sprays lacrymogènes aux jeunes femmes, probablement blanches, devant la gare très fréquentée de Lyon Part-Dieu, dans le 3e arrondissement. Attaques de locaux comme celui de la CNT, syndicat anarchiste, fin mars 2018, agressions racistes et homophobes dans le 5e arrondissement, à Saint-Jean, Saint-Paul ou Saint-Georges, mais aussi sur la Croix-Rousse ou à la Guillottière, l’extrême droite tente de faire de Lyon sa chasse gardée. « Avec la complicité de la police », juge le GALE, pour qui « les fascistes font le sale boulot des flics dont ils partagent le mode d’action ».

Ni la municipalité, ni la police ou la justice n’ont réagi, malgré les témoignages liant ces agressions aux locaux de l’extrême droite. Le 11 avril dernier, les néonazis ont attaqué à coup de barre de fer et de taser les spectateurs d’un concert d’un groupe de hardcore organisé dans le 9e arrondissement sous les mots d’ordre « no racism, no sexism, no fascism ». Ce ne sont pas les agresseurs qui ont été placés en garde à vue, mais l’un des spectateurs blessés ainsi que deux autres militants interpellés lors du rassemblement de soutien organisé dans la foulée. Après de nombreuses tentatives d’intimidations à son encontre, les militants d’extrême droite s’en étaient même pris en 2017 à l’horloger de Saint-Paul, qui défend une vision ouverte du patrimoine lyonnais. Après cette agression qui avait fortement inquiété, le nouveau maire Georges Kénépékian, a déclaré vouloir s’attaquer au problème. Mais aucune mesure concrète semble n’avoir été prise. Ces déclarations tranchent cependant avec la passivité de Georges Collomb qui n’est jamais intervenu sur le sujet sans qu’on l’y pousse.

 

Comme Donald Trump, Gérard Collomb renvoie extrême droite et antifascistes dos à dos

 

Ce qui fut le cas lors du conseil municipal du 29 mai 2017. L’édile lyonnais, maire depuis 2001 après avoir succédé à Raymond Barre, venait d’être nommé ministre de l’Intérieur, mais siégeait encore à la municipalité de Lyon. Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement et première opposante avait interpellé le maire au lendemain d’une action coup de poing du groupe union défense (GUD) qui avait réquisitionné un local pour le Bastion social. Passant rapidement sur l’extrême droite, l’ancien maire de Lyon s’était lancé dans une tirade hallucinante sur… la bande à Baader et les brigades rouges italiennes. « Un certain nombre de discours violents, haineux et belliqueux amènent certains jeunes à l’irresponsabilité d’un certain nombre d’actes. Et ce ne sont pas eux les coupables, mais ceux qui les ont incités. Dans les années passées en Europe, cela a conduit à de grandes déviances en Allemagne ou en Italie et ma génération se souvient encore de ce que furent ces dérives qui ont été terribles ».

Une intervention du « encore maire » de Lyon et déjà ministre de l’Intérieur à l’époque, qui n’avait pas surpris Nathalie Perrin Gilbert. L’élue de la liste Lyon citoyenne et solidaire qui rassemble notamment des élus du Front de gauche, explique cette réponse par l’habituelle « stratégie du plumeau » de Gérard Collomb : « éviter de nommer les problèmes et glisser la poussière sous le tapis ». Ce que dénonce aussi Olivier Brachet, ex-vice-président chargé du logement à la métropole, qui avait démissionné pour protester contre la politique sociale du baron lyonnais. « Pour Gérard Collomb, parler de l’extrême droite, c’est la renforcer, de même que traiter les migrants de façon humaine et digne, c’est créer un appel d’air pour plus d’immigration », dénonce celui qui est maintenant juge assesseur à la cour nationale du droit d’asile (CNDA).

Concernant les déclarations du ministre sur l’équipée des identitaires dans les Alpes, Nathalie Perrin-Gilbert l’accuse de mener « un jeu politicien dangereux qu’il a joué à Lyon et qu’il transpose au niveau national avec la bénédiction du président de la République ». Sur la question des migrants, l’élue lyonnaise rappelle les déclarations proches de la logorrhée identitaire, évoquant une « submersion migratoire ». « Si nous restons sans réaction, ce sont quelques centaines de milliers de personnes qu’il nous faudrait accueillir chaque année en France. (…) Peut-on penser que nous pourrions construire chaque année une ville de taille moyenne pour accueillir ces réfugiés ? », avait déclaré Gérard Collomb lors du vote de la loi asile et immigration. Ce qui fait dire à l’élue lyonnaise d’opposition que « le ministre de l’Intérieur gouverne par la peur ».

Nathalie Perrin-Gilbert décrit une « stratégie machiavélique » du ministre et une fuite en avant. « Il a tout intérêt à laisser se manifester l’extrême droite ainsi que les défenseurs des droits humains qu’il va ensuite qualifier d’extrême gauche, pour pouvoir gouverner, en déclarant qu’il est là pour rassurer et maintenir l’ordre et qu’il promeut une politique équilibrée », analyse Nathalie Perrin-Gilbert. « Il joue avec le feu », dénonce la maire du 1er arrondissement, pour qui « il existe un risque que nous ne soyons rattrapés par cette extrême droite ». Nathalie Perrin Gilbert a souvent dénoncé une prise en charge des migrants insuffisante et inhumaine, ce qui lui a valu d’être traitée d’« irresponsable ». « Sa politique consistait à déplacer les gens sans rien régler sur le fond », accuse-t-elle, décrivant un gestionnaire davantage préoccupé par l’esthétique et la prospérité de « sa ville » que par les problèmes sociaux. « Son argument était que si l’on mettait en place des dispositifs efficaces, on attirerait les gens sur place, et qu’il fallait donc défendre une ligne dure en la matière », explique celle que ses opposants appellent NPG.

 

Sur les migrants, Gérard Collomb met la barre à droite toute

 

La politique très droitière du ministre de l’Intérieur a aussi déchaîné la vindicte d’Olivier Brachet. L’ex-vice-président à la métropole s’est même fendu d’une déclaration fracassante le 23 avril dernier, indiquant que l’ex-édile lyonnais dont il fut proche avant de démissionner en 2015, lui faisait honte. Aujourd’hui juge assesseur à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), Olivier Brachet a d’autant moins apprécié les déclarations du ministre et les arrestations à Briançon, qu’il connaît bien, dit-il, les gens qui s’occupent des migrants sur place, plutôt « des cathos modérés qui n’ont rien à voir avec l’ultra gauche ». « Ce sont des gens de la montagne qui agissent par compassion parce qu’en montagne, on ne laisse pas les gens en danger », explique cet homme qui dit œuvrer pour les réfugiés depuis une trentaine d’années.

Olivier Brachet dénonce « une obsession » du ministre de l’Intérieur à l’égard des migrants et « du danger qu’ils représentent » et son « absence de vision » sur une question qui est l’un des grands défis des années à venir. Ce qui s’est traduit par « la loi pour une immigration maîtrisée et une intégration réussie ». « Loi inutile et dangereuse » pour ce juge de la CNDA. Lakhdar du GALE juge lui que cette loi est « l’aboutissement de dix ans d’un travail idéologique des identitaires sur les thèmes de l’immigration et de l’islam ». « Ils ont bien compris qu’il fallait diffuser leurs idées dans la société civile ; ce sont les premiers à monter des associations, des clubs de motards, des commerces ou de boxe », souligne le militant antifasciste.

journée internationale des migrants

Lakhdar du GALE rappelle que le ministre de l’Intérieur avait fait un discours très droitier lors d’une visite à Calais le 23 juin 2017, au lendemain de la mort d’un chauffeur routier lors d’un accident causé par un barrage installé par des migrants sur la route. Il avait, selon Politis, ironisé sur la « douceur légendaire des migrants », estimant « tout à fait excessives » les critiques envers les forces de l’ordre. Alors que le défenseur demandait que soit au moins garantis les droits fondamentaux des personnes exilées, ne serait-ce que manger et boire, le ministre expliquait e méfier « des centres qui se disent prêts à accueillir des migrants pour seulement quelques jours et qui finalement durent dans le temps ». Selon le ministre, ce sont les passeurs qui sont à l’origine des flux d’immigration et il suffirait donc de les appréhender pour résoudre le problème. Ce discours avait été salué par les identitaires qui avaient même offert leurs services, annonçant qu’ils allaient faire une demande de subvention.

Olivier Brachet accuse par ailleurs celui qu’il qualifie de « parrain » d’avoir instauré avec la classe politique locale des relations de suzerain à vassal. Tout comme Nathalie Perrin Gilbert qui constate que ce « fin tacticien, mais médiocre politique » a su diviser l’ensemble des forces de l’échiquier politique lyonnais, communistes, écolos, MODEM et même Républicains. Pour Olivier Brachet, qui est bien placé pour savoir comment l’ex-maire a distribué adroitement les postes dans toutes les instances communales et métropolitaines, Gérard Collomb a tellement « vitrifié la classe politique locale », qu’il dit « tétanisée », que peu d’élus locaux osent le critiquer, y compris à droite. Par crainte de représailles politiques. Ce juge assesseur de la CNDA se dit consterné par la façon dont l’extrême droite a fait de Lyon sa place forte. « On a eu Gollnisch, les révisionnistes, maintenant on a le bastion social, bientôt Marion Maréchal Le Pen et Gérard Collomb qui fait du Le Pen dans le texte » déplore celui qui va jusqu’à accuser Collomb d’être plus à droite que Wauquiez. Et juge, comme Nathalie Perrin Gilbert, que le ministre de l’Intérieur porte la lourde responsabilité d’avoir repris à son compte les arguments de l’extrême droite.

« Pour empêcher le front national d’arriver au pouvoir, on fait le boulot à leur place, puis on réalise qu’on tient le même discours qu’eux et qu’on justifie ceux qui sont derrière, c’est-à-dire les identitaires », explique Brachet. Alors qu’il faudrait aujourd’hui, selon ce membre de la CNDA, quelqu’un qui puisse « tenir un discours de gauche pour expliquer qu’il n’y a pas plus d’immigrés aujourd’hui qu’en 1972 ou 1973 ». Lakhdar juge, lui, que sur le sujet, la gauche est allée de reniement en reniement. Il accuse à demi-mot Gérard Collomb d’utiliser les identitaires dans sa politique anti-migrants. Une manière de détourner la colère sociale vers un bouc émissaire en position précaire comme le sont les migrants.

 

Complaisances vis-à-vis d’une extrême droite en plein renouveau

 

Pour Lakhdar, ce qui est nouveau depuis la création du bastion social, c’est que l’ensemble de l’extrême droite est engagée dans un processus de dédiabolisation, à la suite du FN. Les ex gudards ne revendiquent plus les actions violentes, préférant « passer par des comptes annexes sur Facebook ». En revanche, en matière d’idéologie, ils continuent de se référer à « des auteurs poussiéreux comme Charles Maurras et Dominique Venner ». Alors que les identitaires développent, eux, un vocabulaire nouveau, parlant d’ethno-différencialisme, de remigration et théorisant le grand remplacement. Cette course à la respectabilité de l’extrême droite semble payer puisque les interventions montées par les identitaires ne rencontrent sur le terrain que l’opposition de militants promigrants ou des antifascistes et que ceux qui les dénoncent sont eux-mêmes qualifiés d’extrémistes, avec la bénédiction d’un ministre de l’intérieur venu de la gauche.

Juste avant l’opération des identitaires à la frontière franco-italienne dans les Alpes, le 3 avril, un député la république en marche (LREM) avait adressé une question au ministre de l’Intérieur sur les bancs de l’Assemblée nationale. Le député alsacien « ne pose pas une question piège » et cette dernière n’est « pas bien virulente », comme le note Rue 89 Lyon. Il demande simplement « s’il était envisageable de prononcer la dissolution de l’association » bastion social, qui a ouvert l’Arcadia à Strasbourg, après s’être implanté à Lyon et Marseille. Le député, évoquant « un climat anxiogène » qui a envahi le quartier de Strasbourg où est installé l’Arcadia, demande « quelles réponses le gouvernement est-il en mesure d’apporter à ce problème qui, si on le laisse perdurer, menace l’ordre public et la sérénité de toute une ville ? », évoquant l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure qui permet de dissoudre les associations en cas de provocation « à la discrimination, à la haine ou à la violence ».

GUD

En l’absence de Gérard Collomb, c’est Jacqueline Gouraud, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, qui répond à Thierry Michels. Elle explique, comme le rapporte France 3, que « les associations ou groupements de fait, qui provoquent à la haine, à la violence ou à la discrimination font l’objet d’une vigilance particulière des services de police, rappelle que le président de la République peut procéder par décret à la dissolution de ce type d’association, tout en soulignant que ce pouvoir de police administrative est limité. Avant de rappeler que “la liberté d’association constitue l’un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République”. Traduction : la dissolution du bastion social n’est pas d’actualité.

La dissolution des identitaires n’est pas non plus à l’ordre du jour, même si elle a été réclamée par le directeur général de France Terre d’asile Pierre Henry le 21 avril dernier ou l’ex-candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon le 25 du même mois. Cette dissolution de Génération identitaire avait déjà été étudiée par Manuel Valls en 2012 après l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers. Ceux-ci semblent au contraire avoir de beaux jours devant eux, d’autant qu’ils pourraient être un élément clé du “grand rapprochement” entre droite et extrême droite autour de Laurent Wauquiez, Thierry Mariani, Guillaume Pelletier, Charles Beigbeder, Jean-Frédéric Poisson, mais aussi Pierre Ménard et Marion Maréchal Le Pen. Leurs idées sont portées par Valeurs actuelles et de jeunes journalistes très en vogue comme Eugénie Bastier, Charlotte d’Ornellas ou Geoffroy Lejeune. Depuis la manif pour tous et l’émergence du mouvement Sens commun, une certaine bourgeoisie catholique s’est rapprochée des thèses identitaires qu’elle trouve délicieusement “politiquement incorrectes”. Les identitaires ont en tout cas réussi une belle opération de communication, rien qu’en imposant le nom et l’adjectif identitaire. Identitaire, c’est tout de même plus sympathique que raciste et facho. Le crédit apporté par le ministre de l’Intérieur à cette extrême droite, qui préfère l’anorak bleu au bomber noir et qui trouve le FN ringard, aura indéniablement aidé.

 

Véronique Valentino, publié le 4 mai 2018, mis à jour le 7 mai 2018. L’Autre Quotidien

* Le prénom a été changé