milliardaires Bernard Arnaud

Année exceptionnelle pour les milliardaires français, malgré le Covid-19

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Depuis le début de l’épidémie en mars 2020, les salariés de la première et de la seconde ligne souffrent. Et la menace des plans sociaux planent dans de nombreux secteurs de l’économie. Mais ce n’est pas la crise pour tout le monde. En tout cas pas pour les milliardaires.

 

« C’est plutôt le moment de faire des bonnes affaires en Bourse aujourd’hui », expliquait sans honte le 10 mars 2020 Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie. Message reçu 10 sur 10 par les milliardaires et les 500 plus grandes fortunes de France recensées dans le classement du magazine Challenges à paraître demain. Leur patrimoine cumulé a augmenté de 30 % entre juin 2020 et juin 2021, pour flirter avec les 1000 milliards d’euros, malgré un recul du produit intérieur brut (PIB) de 9 % en 2020. Soit la plus forte progression depuis 25 ans en 1996.

Champion toute catégorie : Bernard Arnault, le patron de LVMH, dont les actions ont fortement décollées et qui devrait trouver les quelques centaines d’euros nécessaires au nettoyage des vitrines de la Samaritaine, repeinte ce week-end par des militants d’Attac. Son patrimoine atteint le chiffre astronomique de 157 milliards d’euros, en progression de 57 %.

 

 

Un ruissellement inversé

 

Plus tu es riche, plus tu seras riche. C’est aussi ce qui ressort du classement Challenges. Après Bernard Arnault (+57 %), les plus fortes progressions de fortune concernent les dix premiers du classement : + 37 %. Les 490 suivants dans le classement ne sont cependant pas vraiment à plaindre. Ils voient leur richesse augmenter de 25 % en moyenne, ce qui permet à 14 d’entre eux d’entrer dans le club très restreint des milliardaires. En 2021, ils sont maintenant 109. Ils n’étaient que 51 en 2011, révélant à eux seuls ce qu’ont été les politiques publiques au cours des dix dernières années.

À titre de comparaison, la revalorisation des allocations chômage est fixée cette année à 0,6 %, alors que le gouvernement n’abandonne toujours pas son projet de réforme qui devrait produire une baisse des revenus pour 1.5 millions de chômeurs. Le « coup de pouce » annuel du SMIC est cette année de 0,99 % pour un montant de 15 € brut.

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •