Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

En toute logique, le nombre de manifestants ce 10 décembre n’a pas égalé celui des défilés du 5 décembre, préparés pendant des semaines par les organisations syndicales. Pour autant, avec 885 000 manifestants dans toute la France annoncés par la CGT et 339 000 comptabilisés par le ministère de l’Intérieur, cette  nouvelle journée de grève se place au niveau des mobilisations contre la loi travail de 2016. Dans plusieurs villes, la fin des défilés s’est conclue par de nouveaux appels à manifester jeudi.

 

À Paris, les organisations syndicales annoncent 180 000 manifestants, contre 250 000 la semaines dernière. La préfecture de police de Paris communique sur 31 000 personnes présentes dans les cortèges.

 

Hauts-de-France

Lille : 10 000 selon La Voix du Nord

Amiens : 6 000 selon les syndicats (2 500 selon la police)

Douai : 1 000 selon les syndicats (750 selon la police)

Valencienne : 1 000 selon la police

Calais : 1 000 selon La Voix du Nord

 

Normandie

Rouen : 5 000 selon la police

Caen : 9 000 selon la CGT (5 000 selon la police)

Le Havre : 5 300 selon la police.

Cherbourg : 4 500 selon les syndicats (2 500 selon la police)

 

Grand est

Nancy : 2 000 à 4 000 selon Radio France Bleue

Metz : 3 000 à 4 000 selon la police

Strasbourg : 3 000 à 4 000 selon la presse locale

Mulhouse : 1 700 selon les organisateurs, 1 050 selon la police

Dole : 1 000 selon la presse

Épinal : 1 000 selon la presse

 

Bourgogne-Franche-Conté

Besançon : 3 000 selon la CGT (2 000 selon la police)

Dijon : 4000 selon Radio France Bleue

Belfort : 1 500 selon la presse

 

Centre-Val-de-Loire

Tours : 10 000 selon des organisateurs (7 000 selon la police)

Orléans : 3 000 selon les syndicats

Blois : 4 000 selon la CGT (2 000 selon la police)

Châteauroux : 1500 à 2000 selon la police.

 

Pays-de-la-Loire

Nantes : 10 000 selon Ouest France (8 000 à 9 000 selon la préfecture)

Le Mans : 8 000 selon les syndicats (5 000 selon la presse)

Laval : 1 300 selon les syndicats (900 selon la police)

Angers : 3 500 selon Ouest France

Saint-Nazaire : 5 000 selon la presse locale

 

Bretagne

Brest : 8 000 selon la CGT

Rennes : 10 000 selon les syndicats (7 000 selon la police)

Quimper : 1 500 à 2 000 selon la presse

Lorient : 4000 personnes selon Ouest France.

 

Nouvelle-Aquitaine

Bordeaux : 10 000 selon les syndicats

Agen : 3000 selon France 3 Aquitaine.

Angoulême : 2 000 selon Radio France Bleue

Périgueux : 3 200 selon les syndicats (2 200 selon la police)

Bayonne : 2000 selon Mediabaskinfo.

Limoge : 5 000 selon la police

 

Auvergne-Rhône-Alpes

Clermont-Ferrand : 10 000 selon Force Ouvrière (5.500 selon la police, 8 000 selon Radio France bleue)

Lyon : 19000 selon les syndicats (10 000 selon la police)

Grenoble : 15 000 selon la CGT (4 400 selon la préfecture)

Annecy : 4 000 selon les syndicats (1 500 selon la police)

Saint-Étienne : 10 000 selon France 3

Puy-en-Velay : 2 500 selon la police

Chambéry : 3 000 selon les syndicats

 

Occitanie

Toulouse : 60 000 selon la CGT

Montpellier : 8 000 selon la CGT (6 400 selon la préfecture)

Perpignan : 5 000 selon les syndicats

Béziers : 5 000 selon la CGT (2 500 selon la police)

Nîmes : 8 000 selon la CGT (4 500 selon la police)

Alès : 6 000 selon la CGT (3 000 selon la police)

Sète : 1 000 selon la CGT

 

Provence-Alpes-Cote-d’Azur

Marseille : 150 000 selon la CGT, 12 000 selon la police. La semaine dernière la CGT annonçait le même chiffre, la police le double avec 25 000.

Nice : 2 300 selon la police

Avignon : 10000 selon les syndicats, 2500 selon la police.

Digne : 1 200 selon le journal La Provence


  •  
  •  
  •  
  •  
  •