démission

FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Attaqué par la fédération de la métallurgie classée à droite, mais aussi par celle de l’enseignement dominée par le courant lambertiste (trotskiste), le secrétaire général de Force ouvrière s’est isolé cet après-midi pour prendre la décision de démissionner ou pas. Son choix devrait être connu demain matin, lors réunion de la commission exécutive du syndicat.

 

Démissionner ou livrer bataille, c’est le choix auquel est confronté Pascal Pavageau le secrétaire général de la troisième force syndicale du pays. Sa directrice et sa chef de cabinet ont été mises en cause pour avoir constitué en 2016 un fichier illégal sur les cadres du syndicat. Sa finalité était de préparer son élection en remplacement de Jean-Claude Mailly à la tête de l’organisation au congrès de Lille en 2018. Contesté depuis à la tête de Force ouvrière, il s’est penché cet après-midi, selon nos sources, sur le pour et le contre d’une démission. Si démission il y a, elle sera annoncée avant la tenue, demain dans la matinée, de la commission exécutive du syndicat.

« S’il pense qu’il ne peut plus être utile à rien, il démissionnera », confie un de ses soutiens particulièrement remonté contre ce qu’il juge être une manœuvre pour remettre en question la ligne contestataire votée lors du congrès. La passation de pouvoir entre Jean-Claude Mailly et Pascal Pavageau avait été le théâtre d’extrêmes tensions entre partisans d’une ligne conciliante avec le gouvernement et pourfendeurs de la politique menée par Emmanuel Macron. Des tensions qui n’ont jamais cessé depuis.

 

Derrière l’affaire du fichier, une bataille de ligne

 

Ce n’est donc pas une surprise de voir l’opposition à Pascal Pavageau se structurer autour de la puissante fédération de la métallurgie acquise à Jean-Claude Mailly. Son patron, Frédéric Homez, a réagi le jour même des premières révélations dans le Canard enchaîné. Demandant immédiatement à Pascal Pavageau de démissionner, il n’a pas hésité à forcer le trait en déclarant : « on a l’impression d’être dans un régime stalinien ». Il est vrai que sur sa fiche figurait le peu amène qualificatif de : « 100 % CFDT ». Pourtant, selon l’hebdomadaire Le Point, les partisans de Jean-Claude Mailly sont venus au congrès eux aussi avec leurs petites fiches sur les orientations politiques des uns et des autres. Les déclarations horrifiées de la ministre du Travail ou de celles du patron de la CFDT ne sont pas vraiment étonnantes. La ligne incarnée par Pascal Pavageau n’est pas vraiment à leur goût et a le désavantage réduire le nombre des organisations syndicales conciliantes avec les réformes du gouvernement.

Plus surprenant dans cette affaire, la fédération de l’enseignement a publiquement joint ses forces à celle des métallos à travers la voix de son secrétaire général Hubert Raguin, un des chefs de file du courant lambertiste (trotskiste), solidement implanté à Force ouvrière. L’alliance des proches de Mailly et des lambertistes peut sceller le sort de Pascal Pavageau, minoritaire dans les instances dirigeantes du syndicat. Sur les 35 membres de la commission exécutive, plus des deux tiers leur sont acquis. D’où le bras de fer autour de la tenue de la réunion de cette commission initialement prévue mercredi 17 octobre et à laquelle le secrétaire général de Force ouvrière a tenté de surseoir en la décalant à la fin du mois. Mais face à l’annonce des fédérations des métallos et de l’enseignement qu’ils se réuniraient à cette date, Pascal Pavageau est à peu près certain de perdre la main.

La commission exécutive pourrait convoquer un comité confédéral national, sorte de parlement de FO, qui est autorisé à examiner le sort de Pascal Pavageau dans un délai d’un mois. Livrer bataille pour le patron de FO reviendrait à convaincre les 127 membres de la CNN de ne pas le débarquer et il n’est pas certain de remporter ce combat. En effet, un des paradoxes du congrès de Lille est d’avoir désavoué la ligne incarnée par Jean-Claude Mailly sans toutefois que son successeur puisse s’appuyer sur une majorité acquise à sa personne. Une bataille d’autant plus complexe que les notes contenues dans le fichier constitué par les proches du secrétaire général sont pour partie insultantes pour les responsables devant siéger dans cette instance. Tout cela à la veille des élections professionnelles dans la fonction publique.

Quelle que soit la décision finale de Pascal Pavageau, la crainte de ses soutiens est de devoir en « rabattre sur les orientations données par les syndicats de base lors du congrès ». Probablement la raison pour laquelle ils minimisent la portée du fichage des cadres du syndicat à l’instar de Pascal Pavageau qui l’avait qualifié de belle connerie.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •