Printemps social ou printemps confiné ?

  •  
  •  
  •  
  •  

 

Manifestation contre la loi sécurité globale, grève pour le climat, occupations de théâtres… Alors que le mouvement social reprend du poil de la bête, le gouvernement, tentant de répondre à l’urgence sanitaire, impose un nouveau confinement à près d’un tiers des Français. Le printemps qui s’annonce sera mi-figue mi-raisin : à moitié social, à moitié confiné.

 

Grèves et manifestations

 

Sécurité globale, loi séparatisme et antiracisme

 

Le Sénat à majorité de droite a adopté jeudi 18 mars en première lecture la proposition de loi LREM controversée sur la « sécurité globale », après l’avoir largement réécrite. Plus tôt dans la semaine, des manifestations d’opposants avaient toujours lieu un peu partout en France. Dans le même registre, des manifestations contre le racisme et les violences appelées par les collectifs de familles de victimes, la Marche des solidarités et les collectifs de sans-papiers auront lieu dans plusieurs villes de France le 20 mars. Quant au 21 mars, ce sera une journée de mobilisation contre l’islamophobie impulsée par le Front contre l’islamophobie.

 

Étudiants dans la rue

 

Près de 8 000 jeunes ont manifesté dans une vingtaine de villes en France ce mardi 16 mars, pour continuer d’alerter sur la situation des étudiants, lycéens et travailleurs précaires de l’enseignement supérieur. Au-delà des réponses à l’urgence en matière de précarité, santé mentale ou décrochage, dont sont victimes les étudiants, les organisations mettent en avant des solutions pérennes (lire notre article). Pendant ce temps des députés LR et RN demandent la dissolution du syndicat étudiant UNEF et Jean-Michel Blanquer dénonce sa “pente fascisante“.

 

Bataille de la culture

 

Les occupations continuent toujours dans les lieux culturels et se sont multipliées pendant toute la semaine sur le territoire français. On en compte aujourd’hui près d’une soixantaine. Tout comprendre à la bataille de la culture dans notre article.

 

Journée mondiale pour le climat et la justice sociale

 

Vendredi 19 mars, à l’occasion de la journée mondiale de mobilisation pour le climat et la justice sociale, des manifestations souvent menées par la jeunesse se sont déroulées un peu partout en France.

 

Manif à l’aéroport de Roissy

 

Près d’un millier de salariés d’entreprises du secteur aérien ont manifesté jeudi à l’aéroport Roissy–Charles-de-Gaulle, près de Paris, pour sauvegarder leurs emplois. Les projections des syndicats font état de « 15 000 à 25 000 emplois menacés d’ici mi-2022 à fin 2022 ». En cause : la baisse de l’intérim, la fin des CDD et le non-remplacement de départs en retraites.

 

Intersyndicale historique chez les postiers du 92

 

Les syndicats Sud Poste, CGT et FO des Hauts-de-Seine ont organisé, ce 16 mars, une manifestation pour réclamer notamment l’arrêt de tous les projets de réorganisation, qui entraînent des suppressions de postes et la fermeture d’agences. Cette action est présentée comme « historique ». « Cela fait onze ans qu’on n’a pas eu d’intersyndicale. Les revendications viennent du terrain, pas des centrales », explique Xavier Minos, délégué FO interrogé par le Parisien.

 

Les syndicats de l’Essonne en lutte pour conserver leur bourse du travail

 

La bourse du travail de l’Essonne devra-t-elle déménager ? C’est ce que souhaite en tout cas le Conseil départemental du département, en conflit avec les syndicats à propos de l’occupation du lieu. Ce mercredi 17 mars, plusieurs dizaines de personnes se sont donc rassemblées devant la préfecture de l’Essonne pour faire entendre leur volonté de rester à la Bourse du Travail.

 

Une ZAD à Agroparistech ?

 

Ce mardi 16 mars, des étudiants en agronomie ont commencé le blocage et l’occupation du domaine de Grignon dans les Yvelines. Ce site d’AgroParisTech a été mis en vente par l’État et les étudiants s’opposent à sa privatisation.

 

Du côté des boîtes

 

Whirlpool Amiens: la justice annule les autorisations de licenciement de 18 salariés

 

Le tribunal administratif d’Amiens a annoncé ce lundi avoir annulé les autorisations de licenciement de 18 ex-salariés protégés de l’usine de sèche-linge Whirlpool d’Amiens, délocalisée en Pologne. Dans son jugement du 11 mars, le tribunal a estimé qu’il n’existait pas de menace sérieuse pour la sauvegarde de la compétitivité de l’entreprise et donc que le motif économique des licenciements n’était pas valable.

 

Bridgestone

 

L’administration du travail a validé, ce mardi 16 mars, le plan de sauvegarde de l’emploi, signé par l’ensemble des syndicats, de Bridgestone à Béthune (Pas-de-Calais), qui emploie environ 850 salariés et est vouée à la fermeture.

 

Du côté du gouvernement

 

Reconfinement

 

Et ce qui devait arriver arriva. Jeudi soir, à l’occasion d’une conférence de presse, Jean Castex a annoncé le confinement de 16 départements dont tous ceux d’Île-de-France et des Hauts-de-France ainsi que 3 autres départements. Il s’agit toutefois d’un confinement au rabais avec ouverture des écoles et même des coiffeurs. Une décision qui arrive juste après une interdiction puis une ré-autorisation du vaccin AstraZeneca et l’annonce de la découverte d’un variant breton du COVID.

 

Retour de la prime Macron

 

À l’issue de la conférence du dialogue social, qui s’est déroulée hier, Jean Castex a annoncé la reconduction de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat de 1 000 euros pour tous les salariés… dont le patron accepterait de la verser. Une prime qui, comme celle versée au début du mouvement des gilets jaunes, est toujours défiscalisée et exemptée de cotisations sociales. Plusieurs organisations syndicales comme la CGT et FO ont dénoncé des mesures trop faibles, leur préférant une réelle augmentation des bas salaires.

 

Et aussi

 

Des néonazis dans l’armée française

 

Mediapart a publié mardi 16 mars une enquête au sein de l’armée française, révélant que plus d’une cinquantaine de militaires s’affichent ouvertement au sein de leur caserne ou sur les réseaux sociaux en train de faire des signes nazis. La ministre des armées a réagi, affirmant prendre ce problème très au sérieux.

 

Report du procès Bygmalion

 

Le procès de l’affaire Bygmalion, qui s’était ouvert mercredi 17 mars, est renvoyé au 20 mai car l’avocat de Jérôme Lavrilleux est actuellement hospitalisé. Nicolas Sarkozy doit y être jugé pour avoir fait exploser les plafonds financiers autorisés lors de sa campagne présidentielle de 2012.

 

Engagée contre le sexisme à Chronodrive, elle est mise à pied pour un tweet

 

Elle a été en première ligne de la lutte contre le sexisme et le harcèlement moral au sein des magasins ChronoDrive. Depuis le 6 mars, Rozenn, étudiante de 19 ans, a été mise à pied, et est menacée de licenciement. Motif avancé par la direction : un tweet qui nuirait à l’image de l’entreprise. La section CGT Chronodrive y voit plutôt une discrimination syndicale. Le 27 mars, un rassemblement est prévu devant le magasin de Basso Cambo de Toulouse.

 

150 ans de la commune de Paris

 

Le grand mouvement populaire parisien réprimé par la République réfugiée à Versailles au prix de dizaines (une ou deux selon les historiens) de milliers de morts, fêtait son 150e anniversaire cette semaine. Pour l’occasion, Anne Hidalgo, maire de Paris, a posé aux côtés d’un dispositif à l’effigie de Louise Michel. Un anniversaire, ça sert aussi à faire des blagues, non ?


  •  
  •  
  •  
  •