1er mai déconfiné

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé les étapes de son déconfinement jusqu’au 30 juin, le mouvement social tentera de sortir la tête de l’eau en se retrouvant dans la rue ce 1er mai. Ce sont deux des infos du Récap Hebdo cette semaine, avant que nous entamions une pause vers la mi-mai. Et ce, jusqu’à l’été. Mais rassurez-vous, le Récap continu sous une autre forme : une nouvelle newsletter verra le jour parallèlement.

 

Grèves et manifestations

 

Un 1er mai dans la rue

 

Près de 200 rendez-vous pour un 1er mai dans la rue, contrairement à l’an passé. Avec un appel national unitaire regroupant la CGT, FO, la FSU et Solidaires autour des questions d’emplois, de santé publique, de liberté ou encore d’assurance chômage. À Paris, le défilé démarrera de République à 14 h. Presque partout ailleurs, les manifestations sont le matin (voir l’ensemble des rendez-vous dans notre article).

 

Fonderie de Bretagne en grève dure

 

Mardi, les 350 salariés de la Fonderie de Bretagne, usine appartenant à Renault et menacée de fermeture, sont entrés massivement en grève illimitée. Arrêt de la production, blocage de la livraison, patrons retenus une journée, ils ne lésinent pas sur les moyens (voir notre article). Alors que Bruno Le Maire a annoncé un plan de reconversion de 50 millions pour les salariés des fonderies, ces derniers multiplient les grèves un peu partout en France. La CGT des fonderies de Douvrin et du Mans a ainsi appelé à une journée de grève pour le 6 mai.

 

Castres : longue grève des éboueurs

 

Un conflit commencé le 19 avril et très suivi : à 95 % des titulaires selon FO, le syndicat majoritaire. Les agents de la collecte des ordures ont reconduit la première grève de leur histoire pour toute la durée de la semaine prochaine, en l’absence de propositions suffisantes sur la revalorisation de leur salaire. Les grévistes réclament 50 € de plus par mois, la reconnaissance pour les contractuels et de meilleures conditions de travail.

 

Blocage à General Electric Belfort

 

Jeudi 29 avril, 150 salariés de General Electric (GE) ont bloqué, à l’aide de barricades, le départ de composants de turbine vers l’Angleterre. Ils entendaient ainsi protester contre le PSE de General Electric Steam (filière nucléaire et charbon de GE) prévoyant initialement le licenciement de 238 salariés. Mais également contre le refus de Bruno le Maire d’organiser une table ronde sur le plan social de GE à Belfort.

 

Papeterie : rouges et verts pour la gagne

 

Ce mercredi, à l’appel du collectif Plus jamais ça !, composé d’organisations syndicales, associatives et environnementales, une centaine de personnes ont occupé une partie du port de la Rapée, à proximité du ministère de l’Économie pour exiger que l’État empêche le démantèlement de la seule usine française à produire du papier journal 100 % recyclé et la suppression de 215 emplois. Reçus dans la journée, les activistes (parmi lesquels on trouvait les principales figures de la CGT, de Solidaires ou encore d’Attac) ont finalement obtenu l’engagement de la ministre Agnès Pannier-Runacher : l’activité de la papeterie sera maintenue.

 

Chez Safran, licencier pour faute grave coûte moins cher qu’un PSE

 

Sur le site de Safran à Issodun (Indre) plus de 200 salariés ont débrayé ce mardi pour soutenir un de leurs collègues, licencié pour faute grave après plus de 35 ans de boîte, alors qu’il n’avait commis aucune erreur technique minime. Selon la CGT du site, à l’origine du mouvement, la direction de l’entreprise aéronautique prétexte des fautes graves pour alléger le PSE à venir. Depuis le début de la crise du Covid, 5 salariés ont été concernés par ce type de licenciement.

 

Quatre Mc Do parisiens en grève

 

Quatre restaurants Mc Donald’s, appartenant à une même société franchisée, se sont mis en grève en banlieue parisienne cette semaine. Leurs salariés dénoncent des « pressions » et des « intimidations » et demandent la mise à pied de la directrice des opérations qui en est, selon eux, à l’origine.

 

Bruits de bottes et surveillance

 

Fachos sous le calot

 

Une tribune de généraux en retraite, venant pour beaucoup de l’extrême droite, publiée le mercredi 21 avril par le très à droite hebdomadaire Valeurs Actuelles et appuyée par Marine Le Pen, a agité la semaine politique. D’abord parce que leur appel à une intervention des militaires d’active pour contrer « un certain antiracisme », ainsi que « l’islamisme et les hordes de banlieue » n’a provoqué aucune réaction gouvernementale avant dimanche dernier. Ensuite, parce que cet appel évoque, ou invoque, une guerre civile et des morts par milliers. Depuis, la ministre des Armées est montée une première fois au créneau. Puis, face à la polémique persistante d’une tribune signée par plus d’un millier de militaires, des poursuites et des sanctions ont été promises.

 

Malgré la pandémie, les dépenses militaires en hausse

 

La chute de 4,4 % du PIB mondial en 2020 n’y a rien changé. Les dépenses militaires ont progressé de 2,6 % l’an dernier pour représenter 2,4 % du PIB de la planète. Et 1981 milliards de dollars. La France ne fait pas exception, puisque ses dépenses sont passées au-dessus de la barre des 2 % des richesses produites, pour la première fois depuis 2009.

 

Un nouveau projet de loi antiterroriste

 

Gérald Darmanin a présenté mercredi en Conseil des ministres le projet de loi « relatif à la prévention d’actes de terrorisme et au renseignement ». Celui-ci pérennise des dispositions temporaires d’un précédent texte antiterroriste de 2017 et introduit de nouvelles mesures. Parmi celles-ci, le recours aux algorithmes pour le traitement automatisé des données de connexion par la DGSI sera scruté de près. Le texte doit être voté avant le départ des députés en vacances.

 

La loi Avia revient par l’Union européenne

 

Le parlement européen a adopté sans vote mercredi 28 avril un règlement antiterroriste. Celui-ci prévoit l’obligation pour les plateformes numériques de retirer « les contenus à caractère terroriste ou bloquent l’accès à ces contenus dans tous les États membres dès que possible et, en tout état de cause, dans un délai d’une heure à compter de la réception de l’injonction de retrait ». Une injonction confiée à l’autorité compétente de chaque pays membre. Justement, la disposition de la loi Avia contre la haine en ligne qui avait été censurée l’an dernier par le Conseil constitutionnel. Celui-ci la jugeant disproportionnée et attentatoire à la liberté d’expression. La décision du parlement européen est largement contestée par l’EDRI, le groupe de défense des libertés en ligne en Europe et par plusieurs organisations en France.

 

International

 

Situation sanitaire catastrophique en Inde

 

Triste record ce vendredi en Inde : 385 000 nouvelles contaminations au Covid 19 dans les dernières 24 heures et près de 3 500 décès. Plus de 40 pays se sont engagés à lui envoyer une aide médicale vitale et des approvisionnements en provenance de nombreux pays sont attendus ces prochains jours.

 

Joe Biden veut taxer ses riches

 

Joe Biden a la plus-value boursière dans son viseur. Le président américain a annoncé cette semaine que les revenus du capital de 500 000 foyers percevant plus d’un million de dollars par an (0,3 % des contribuables) seraient désormais taxés à hauteur de 40 % au lieu de 20 %. Les gains de ce nouvel impôt doivent servir à financer les réformes en faveur des familles américaines, prévues dans le grand plan de relance de 2 300 milliards d’euros sur huit ans.

 

Un procès géant anti-kurde en Turquie

 

Lundi 26 avril, s’est ouvert à Ankara le procès de 108 membres du parti d’opposition pro-kurde HDP représenté au parlement, parti déjà visé par une demande d’interdiction de la part d’un procureur. Ils sont accusés par le régime d’avoir porté « atteinte à l’intégrité de l’État » et d’avoir provoqué des violences. Les faits remontent à 2014, lors de manifestations en faveur de Kobané en proie à un siège des fidèles de l’État islamique, de l’autre côté de la frontière turque. Les manifestations dénonçaient l’inaction du gouvernement d’Erdogan, alors assez bienveillant avec Daesh. Les protestations avaient fait 37 morts, dont l’État turc cherche aujourd’hui à faire endosser la responsabilité au HDP.

 

Amazon, augmente (un peu) ses salaires et (beaucoup) ses profits

 

Pas besoin de syndicats chez Amazon puisque la boîte augmente les salaires d’elle-même ! C’est en somme la leçon que veut propager la multinationale, qui vient d’annoncer que son salaire horaire minimum aux États-Unis passerait bientôt à 15 dollars de l’heure (à peu près le SMIC français). Facile, pour une boîte qui, dans le même temps, a révélé qu’elle avait triplé son bénéfice net entre janvier et mars 2021.

 

Et aussi

 

Macron parie sur le déconfinement

 

Le choix d’Emmanuel Macron de déconfiner rapidement, exprimé mi-avril (lire notre article), se confirme. Un calendrier a été annoncé par le chef de l’État dans la presse quotidienne régionale. Outre la levée des restrictions de déplacement à 10 km en journée, le 19 mai verra la réouverture des terrasses, des commerces, mais aussi des stades et des lieux de culture avec une jauge. Le couvre-feu sera décalé à 21 h, puis à 23 h le 9 juin. À cette date, les bars et restaurants ouvriront en intérieur, les jauges baisseront et le télétravail sera assoupli. Enfin, le 30 juin, quasiment toutes les restrictions seront levées. Grande différence avec le déconfinement de l’an passé : le taux d’incidence. Il était de 6,14 le 28 mai 2020, alors qu’il dépasse toujours les 250 en cette veille du 1er mai.

 

Blanquer désavoué dans l’affaire des 4 de Melle

 

Des mois de suspension dès mars 2020, un conseil de discipline en octobre, le couperet qui tombe en novembre avec des sanctions pour les quatre enseignants de Melle (Deux-Sèvres), une ordonnance du tribunal en décembre qui suspend la sanction d’une enseignante, et un ministre qui insiste. C’est le long feuilleton des quatre de Melle, réprimés après leur participation aux mobilisations contre les E3C, ces épreuves du nouveau baccalauréat version Blanquer. Mais un ministre qui trébuche sur le Conseil d’État, ce dernier jugeant irrecevable son appel de la décision du tribunal administratif de Poitiers (lire notre article).

 

Extraditions vers l’Italie : l’État se dédit

 

À la demande du gouvernement transalpin, la police française a interpellé sept anciens militants d’extrême gauche italiens mercredi matin, en vue de leur extradition. Deux des trois autres militants recherchés se sont livrés depuis. Réfugiés en France après les « années de plomb », ils ont été condamnés en Italie à de lourdes peines. « L’État s’était engagé à ce qu’il n’y ait pas d’extradition malgré les demandes répétées des Italiens, alors pourquoi ce revirement, quarante ans après les faits ? C’est un reniement de la parole d’État », a réagi auprès du journal Le Monde l’avocat Jean-Louis Chalanset.

 

Attaque raciste à Dole

 

Un homme de 72 ans a été renvoyé mercredi devant le tribunal correctionnel de Dole (Jura) pour des faits de « violences volontaires avec arme et injures racistes ». Sur une vidéo filmée par la femme de la victime, on voit le septuagénaire traiter sa victime de « bicot », avant de lui foncer dessus avec sa voiture.

 

51 Milliards de dividendes pour les entreprises du CAC 40

 

Dans une nouvelle note publiée ce mardi 27 avril, l’Observatoire des multinationales montre que le CAC40 s’apprête à approuver le versement de 51 milliards d’euros à ses actionnaires. Une hausse de 22 % par rapport à l’année dernière, enterrant toutes les promesses de « modération des dividendes » pendant la pandémie de Covid-19.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •